CASE REPORT: Lymphangiosarcome sous-cutané chez un rat de compagnie

6 April 2020 – News

Les lymphangiosarcomes sont des tumeurs malignes agressives et rares des cellules endothéliales des vaisseaux lymphatiques. En médecine vétérinaire, ils ont été décrits chez des chiens, des chats, des chevaux, une vache et une loutre d’Asie. Cela semble être le premier rapport de cas chez le rat.

Une ratte non stérilisée (Rattus norvegicus) a été présentée avec une masse sous-cutanée non douloureuse et dure sur l’aisselle gauche. De plus, l’examen clinique et les valeurs des tests sanguins étaient dans les valeurs usuelles.

Une exérèse chirurgicale a été propose et réalisée et la pièce d’exérèse a été envoyée en analyse histopathologique. La présence d’un lymphangiosarcome ayant été confirmée, une chimiothérapie métronomique au toracénib, un inhibiteur de la tyrosine kinase, a été mise en place.

Trois mois plus tard, deux nouvelles masses sont apparues et le patient a été examiné. Encore une fois, l’examen clinique ne présentait pas d’anomalie, sauf la présence de ces deux masses anormales – l’une thoracique gauche et l’autre en région inguinale. L’histopathologie a révélé que la première était un lymphangiosarcome et que celle située dans la zone inguinale était un fibroadénome mammaire.

Six mois plus tard, l’animal est décédé en raison d’une affection gastro-intestinale aiguë qui ne pouvait apparemment pas être prédite; entre-temps, le rat a montré un état de santé normal. L’autopsie n’a pas été réalisée et, même si aucune métastase n’a été signalée, nous ne pouvons pas exclure cette hypothèse ou d’autres problèmes silencieux concomitants.

La récidive est fréquente dans ce type de néoplasie car les marges sont difficiles à atteindre – dans ce cas, une nouvelle tumeur similaire a été identifiée trois mois après la première intervention chirurgicale, une longue période étant donné que la durée de vie moyenne des rats est de 2-3,5 ans.

Dans l’ensemble, ce rapport de cas souligne la nécessité d’inclure les lymphangiosarcomes dans la liste de diagnostic différentiel des masses sous-cutanées chez le rat. En outre, des rapports plus détaillés sont nécessaires dans d’autres pour étudier sa prévalence et même trouver des facteurs de prédisposition possibles pour cette condition.

Soler V. et al. Subcutaneous lymphangiosarcoma in a pet rat (Rattus norvegicus). Journal of Exotic Pet Medicine (2019) 28-31. https://doi.org/10.1053/j.jepm.2019.06.003