CASE REPORT: Ostéosarcome induit par les radiations chez un chat

27 July 2020 – News

Des tumeurs induites par les radiations ont été occasionnellement rapportées chez l’homme et le chien, mais aucun cas de ce type n’a été décrit chez le chat. Il semble qu’il s’agisse du premier cas connu d’ostéosarcome radio-induit chez ces félins domestiques.

Tout a commencé avec la presentation en référé d’un chat domestique à poil court de 3 ans, castré, au Centre des sciences de la santé du Collège vétérinaire de l’Ontario suite à une parésie progressive de la queue évoluant depuis une semaine. Malgré un examen clinique ne présentant pas anomalie, l’évaluation neurologique du chat a montré quelques déficiences et une lésion était située entre la jonction lombo-sacrée et le troisième segment du sacrum.

Une masse dans le canal rachidien a été identifiée à l’IRM. Par conséquent, de fines aspirations à l’aiguille de la lésion de la moelle épinière ont été réalisées et la cytologie a confirmé la présence d’une tumeur à cellules fusiformes. Ainsi, une radiothérapie palliative a été lancée et une dose dégressive de prednisolone a été administrée par voie orale. À la troisième semaine, la queue était pleinement fonctionnelle.

Trois ans après cette thérapie, le chat est retourné à l’hôpital et une masse intrapelvienne ferme a été identifiée lors de l’examen clinique. D’autres examens ont été effectués et les images du scanner allaient dans le sens de l’hypothèse que la masse n’était pas une récidive ou une métastase de la tumeur précédente. Une hémipélvectomie totale gauche a été choisie dans le but de cytoréduire la croissance et de soulager la constipation secondaire. Aucun événement pertinent n’a été signalé après la chirurgie et le patient déféquait et urinait normalement après 2 jours. Les résultats histopathologiques étaient compatibles avec un ostéosarcome (AOS). La tumeur est suspectée être une conséquence de l’irradiation car elle satisfait à quatre des cinq critères établis de l’AOS radio-induite chez l’homme:

  • Développement à partir d’une zone dans le champ irradié;
  • Croissance osseuse non connue pour présenter une lésion au moment de la radiothérapie;
  • Diagnostic histologique de l’AOS qui semblait distinct de la masse initiale;
  • Faible fréquence d’apparition de tumeurs à ce site.

La confirmation de cette hypothèse nécessiterait une évaluation histologique, mais ni biopsie (risque élevé de lésions neurologiques iatrogènes) ni autopsie (l’euthanasie a été pratiquée 127 jours après l’intervention chirurgicale) n’ont été réalisées

Néanmoins, cette étude souligne l’importance de considérer l’apparition inhabituelle de ce type de tumeurs chez les chats subissant une radiothérapie et démontre l’hémipelvectomie comme une méthode efficace et bien tolérée pour la gestion palliative des tumeurs lorsqu’une résection complète n’est pas possible. Des données supplémentaires sont également nécessaires pour mieux comprendre les cas d’AOS félins.

Swieton, N. et al. Suspected Radiation-Induced Osteosarcoma in a Domestic Shorthair Cat. Journal of Veterinary Diagnostic Investigation 2019, Vol. 31(1) 103–106. https://doi.org/10.1177/104063871881212