État des lieux des Pangolins

30 March 2020 – News

Les pangolins ont été inscrits à l’Annexe I de la CITES en 2016 et, depuis, la sensibilisation mondiale à la conservation de ces mammifères particuliers a augmenté. Ils sont couramment saisis en Afrique et en Asie, où il existe des projets ayant pour but de récupérer des animaux vivants et à les relâcher dans la nature.

La réalité de la réadaptation est vraiment différente d’un pays à l’autre. Par exemple, au Vietnam, le nombre d’animaux secourus s’explique principalement par le marché de consommation établi pour les produits de pangolins et par le caractère de commerce illégal de ce pays. En Afrique méridionale, les principales raisons du statut en danger du pangolin de Temmick sont le braconnage, le trafic, l’électrocution sur des clôtures électriques et les accidents de voiture.

Lors de leur saisi, de nombreux pangolins manifestent de la dysorexie et de la diarrhée car ils sont souvent nourris de force avec un mélange de farine de maïs et d’eau pour augmenter leur valeur financière en augmentant leur poids ; d’autres sont mal nourris. Il faut donc être prudent pour éviter le syndrome de ré-alimentation. Quelque soit le pays, l’objecgif premier est de stabilizer l’état des animaux secourus.

Relâcher des pangolins dans la nature est difficile et parfois même pas toujours possible. Chaque individu a ses caractéristiques originales, mais ils doivent tous être placés dans des enceintes confortables de quarantaine, avec de la nourriture et de l’eau à disposition. La manipulation et le contact avec d’autres animaux peuvent être très stressants, de sorte qu’ils sont souvent laissés seuls pour limiter le stress.

Un examen clinique complet doit être réalisé pour chaque pangolin et, comme les outils de diagnostic sont limités, des gastroprotecteurs et des vermifuges prophylactiques sont souvent administrés. Les analyses de laboratoire sont également importantes : les signes de mauvais facteurs de coagulation ne sont pas rares.

Lorsque les pangolins sont prêts à être relâchés, différentes méthodes sont utilisées pour les surveiller : en Afrique du Sud, ils sont étiquetés et surveillés avec du matériel de télémétrie; au Vietnam, où l’habitat naturel protégé pour la faune est limité, ils sont généralement micropucés.

Les pangolins sont régulièrement saisis et il existe déjà de nombreux cas de réhabilitation réussie et de remise en liberté. Le message à retenir est que les efforts de conservation des espèces peuvent toujours s’améliorer et que de bonnes relations entre le gouvernement, les centres de secours et les cliniques vétérinaires sont indispensables.

Wright N. and Jimerson J. The rescue, rehabilitation and release of pangolins. © 2020 Elsevier Inc. All rights reserved. DOI: https://doi.org/10.1016/B978-0-12-815507-3.00030-7