La sédation et l’anesthésie procédurale chez les chats

22 February 2021 – News

La sédation et l’anesthésie procédurale (PSA) est définie comme le processus consistant à déprimer la conscience d’un patient pour effectuer des procédures peu invasives ou désagréables. Ce terme vient de la médecine humaine mais peut également s’appliquer à la médecine vétérinaire.
Cette revue clinique se concentre sur les chats, où la PSA peut être nécessaire pour diverses procédures et le protocole choisi dépend fortement de l’individu. La décision entre PSA ou anesthésie générale nécessite une réflexion; les avantages et les inconvénients de chaque technique doivent être évalués avec prudence et une évaluation initiale rigoureuse du patient doit être effectuée. Cette dernière est cruciale pour le choix du protocole. Par conséquent, une manipulation adaptée aux chats associée à la recommandation de sédatifs oraux (gabapentine ou trazadone) avant la visite vétérinaire, doit être envisagée pour atténuer le stress et l’anxiété chez certains chats.
On sait que les chats ont un risque accru de mort anesthésique que les chiens et que les Himalayens ont un risque plus élevé de complications en raison de leur conformation brachycéphale. D’autres facteurs, comme l’âge, le poids, le type de procédure et le protocole d’anesthésie affectent également le taux de mortalité et sont détaillés dans l’article.
Avant la PSA, les facteurs de risque doivent être identifiés, le matériel nécessaire doit être prêt et le dosage des médicaments d’urgence doit être calculé. La neuroleptanalgésie (l’association d’un analgésique opioïde et d’un tranquillisant / sédatif) est recommandée pendant la PSA, non seulement en raison de l’amélioration conséquente du niveau de sédation et d’analgésie et de la meilleure qualité de récupération, mais aussi pour ses effets cardiopulmonaires indésirables moindres par rapport à l’un ou l’autre médicament administré seul à des doses similaires. Néanmoins, il existe des cas occasionnels où les opioïdes seuls ou l’association benzodiazépine-opioïde sont indiqués.
De nombreux protocoles de PSA félins fondés sur des preuves sont détaillés tout au long de cette revue. Par exemple, il est affirmé que les associations de dexmédétomidine peuvent affecter les interprétations des résultats d’échocardiographie, que l’acépromazine n’est pas recommandée chez les patients présentant une hypovolémie, une déshydratation ou un risque élevé de saignement et que le propofol provoque une dépression cardiorespiratoire dose-dépendante.
Les auteurs soulignent l’importance de surveiller le patient, pendant au moins trois heures après la fin de l’intervention, car la plupart des décès surviennent pendant cette période. Il est également important de garder à l’esprit que des facteurs tels que la température corporelle, la douleur et la durée de la procédure influencent la qualité de la récupération.

Simon, Bradley T. and Steagall, Paulo V. Feline procedural sedation and analgesia. Journal of Feline Medicine and Surgery (2020) 22, 1029–1045. DOI: 10.1177/1098612X20965830