Nutrition et cognition

3 August 2020 – News

Le vieillissement entraîne divers changements qui peuvent affecter négativement la cognition des animaux de compagnie (et des humains). En fait, le cerveau a un taux métabolique élevé qui serait gravement réduit à l’âge de 6 ans chez les chiens. On sait également que la carence en certains nutriments peut conduire à l’accélération du processus de vieillissement cérébral d’où l’importance des soins nutritionnels.

L’article se concentre sur le déclin et le dysfonctionnement cognitif et sa gestion par le biais de modifications alimentaires, y compris l’utilisation d’antioxydants, de vitamines et d’acides gras oméga-3. Les troubles cognitifs sont généralement progressifs et, même s’il existe certaines enquêtes sur les animaux de compagnie, les études sur les chats sont nettement moins nombreuses que celles sur les chiens, ce qui rend ce syndrome plus difficile à identifier chez les félins. Beaucoup d’hypothèses décrites ici proviennent d’extrapolations de la médecine humaine et doivent être explorées.

Le métabolisme du glucose du cerveau diminue avec l’âge, mais il n’en va pas de même avec les cétones. Chez l’homme, les régimes cétogènes traditionnels sont utiles dans la gestion de l’épilepsie réfractaire et certains experts défendent leur utilisation dans divers troubles neurologiques – chez le chien, ils ne sont pas efficaces. Cependant, les régimes contenant des triglycérides à chaîne moyenne peuvent améliorer la fonction cognitive.

Outre les rares études sur les avantages des acides gras oméga-3 chez les animaux de compagnie, une étude chez des Beagles âgés alimenté en acide docosahexaénoïque a montré des améliorations sur les tests d’apprentissage de discrimination visuelle et de contraste variable. Les acides aminés à chaîne ramifiée semblent également bénéfiques chez les animaux âgés.

La combinaison de nutriments fournit des résultats plus prometteurs que l’utilisation de nutriments uniques. Ainsi, de nombreux nutraceutiques, qui comprennent généralement une combinaison de plusieurs ingrédients, sont actuellement disponibles en médecine vétérinaire. Certaines études ont révélé leur efficacité pour réduire les signes associés au syndrome de dysfonction cognitive, mais les rechutes sont fréquentes lorsque l’administration est suspendue.

Il y a beaucoup à explorer sur le lien entre la nutrition des animaux de compagnie et la cognition. Cet article se concentre sur certains sujets et théories importants à ce sujet. Une détection précoce et une intervention multidisciplinaire (médicale, environnementale et nutritionnelle) peuvent ralentir le déclin cognitif, prendre soin du lien humain-animal et améliorer le bien-être.

A. May, Kimberly and P. L. Dorothy. Nutrition and the aging brain of dogs and cats. JAVMA. Dec 1, 2019. Vol 255. No 11.